Compensation carbone

Comment La Poste compense les émissions de C02 qui ne peuvent pas être évitées ?

Ecologie
Publié le 16 juin 2020
Mis à jour le 7 octobre 2021

La neutralité carbone du Groupe repose sur trois piliers : mesurer pour pouvoir agir, réduire au maximum les émissions et, enfin, compenser les émissions qui ne peuvent être évitées afin de développer des projets utiles au climat. Retour sur les actions mises en œuvre.

La compensation

La compensation des émissions résiduelles est le troisième levier de la neutralité. La Poste compense 100% de ses émissions résiduelles en finançant des programmes de réduction carbone dans le monde (Pérou, Vietnam, Kenya, Brésil, Inde …). Les tonnes carbones compensées répondent à des standards reconnus comme Gold Standard, VCS… et contribuent à la solidarité climatique en permettant des projets additionnels permettant à des pays de l’hémisphère sud d’accéder à de l’énergie décarbonée et renouvelable. En complément, elle investit depuis plus de 6 ans dans des projets de compensation en France et a contribué fortement à l’avènement du Label Bas Carbone.

Trois points à retenir :

  • Les technologies actuelles de transport ne permettant pas d’éviter toutes les émissions et les techniques de captation carbone n’étant pas encore suffisamment développées, le Groupe La Poste s’est engagée à les compenser.

  • Les projets financés se situent aussi bien dans les pays en développement qu’en France

  • 15 projets de compensation du Groupe, en France, sont labellisés bas-carbone.

Des projets responsables pour préserver les forêts en France…

La Poste compense ses émissions non évitées via des projets internationaux à fort impact environnementaux et sociaux. Cependant, parce que la compensation ne doit pas être synonyme d’éloignement géographique, la Poste investit aussi dans des projets de compensation en France. Depuis 2015, 26 projets sur 37 départements en France sont financés en France par le programme « Climat + Territoires » de la Branche Services-Courrier-Colis, de La Banque Postale et du Réseau.

Une application numérique « programme Climat+territoires » permet de découvrir en un seul coup d’œil l’intégralité de nos projets en France. Chaque projet y est décrit dans une fiche détaillée avec la synthèse des bénéfices, chiffres clés et objectifs. 

Des projets responsables pour préserver les forêts en France

Le Groupe a également participé à la définition du Label Bas carbone, lancé par le Ministère de la Transition écologique et solidaire en 2019. La Branche Services-Courrier-Colis du Groupe a contribué à la définition du Label Bas carbone en participant à plusieurs projets pilotes de gestion forestière dans les départements de l’Ardèche, du Rhône, de la Haute-Vienne ou encore du Puy-de-Dôme. Cette certification vise à favoriser l’émergence d’actions locales de lutte contre le changement climatique.

Le sommet du G7, organisé en juillet 2019 à Biarritz, a par exemple été neutre en carbone du fait de la compensation des émissions résiduelles de l’événement grâce à un projet de reforestation en moyenne montagne au Pays Basque, labellisé bas carbone.

Aujourd’hui, 15 des 26  projets de compensation du Groupe en France sont labellisés bas-carbone : Reboiser pour lutter contre le changement climatique.

… et à l’étranger

La Poste finance des projets à l’international qui permettent d’éviter le rejet de gaz à effet de serre tout en améliorant les conditions de vie des populations. Toutes les actions sélectionnées sont labellisées selon des standards reconnus internationalement sur le marché du carbone (Gold Standard, VCS) et garantissent ainsi une forte valeur ajoutée environnementale, sociale et sociétale. La démarche est participative : les salariés et les clients sont associés à la sélection des projets.

Les branches Services Courrier Colis et Numérique s’engagent :

Geopost/DPD soutient des actions :

Livelihoods, la solidarité climatique dans le monde entier

Parmi les initiatives soutenues par le Groupe, le fonds Livelihoods investit en Asie, en Afrique et en Amérique Latine dans la restauration et la préservation d’écosystèmes naturels, dans l’agroforesterie et la restauration des sols par des pratiques agricoles durables. Le fonds développe notamment des projets d’accès à l’énergie rurale évitant ainsi la déforestation.

Des projets qui participent à la qualité de vie des populations et à la préservation de la biodiversité…

La compensation à l’international depuis 2012 a permis de financer plus de 40 projets dans 20 pays pour de nombreux co-bénéfices rendus :

  • Environnementaux

    -Diminution de la déforestation (plus de 350.000 ha de forêts préservées)

    -Limitation de la coupe de bois (plus de 550.000 tonnes de bois évités)

    -Accès à une énergie renouvelable (plus de 4 millions de familles)

    -Protection des espèces menacées (plus de 50 espèces)

    -Augmentation des rendements agricoles

  • Economiques et Sociaux

    -Accès à l’eau potable des populations (plus de 4,5 millions de personnes)

    -Création d’emplois locaux (plus de 10.000 emplois créés)

    -Programme santé et sanitaires (plus de 3.000 bénéficiaires)

    -Evitement des maladies respiratoires

    -Amélioration de la condition de la femme (emploi et formation)

    -Scolarisation des enfants (plus de 3.500 enfants)