Publié le 19 octobre 2021

Urby au cœur d'un projet européen pour la mobilité verte

A Marseille, Urby participe au projet européen EnerNETMob en testant une borne de recharge photovoltaïque sur l'un de ses véhicules. Mené conjointement dans 13 pays, ce projet a pour objectif de développer l'électromobilité pour les livraisons du dernier kilomètre dans les centres villes. En France, ce projet est mené par Capenergie avec l'appui d'un consortium de partenaires au Marché d'Intérêt National (MIN) des Arnavaux à Marseille.

Urby, spécialiste de la logistique urbaine, est le bras armée de cette expérimentation sur le terrain, dans le centre-ville de Marseille. La filiale du Groupe La Poste, spécialisée dans la livraison du dernier kilomètre, utilise depuis 6 mois un camion électrique dont la borne de recharge est alimentée par une ombrière photovoltaïque.

Sébastien Philibert, directeur d'Urby Marseille, explique l'intérêt du projet : "L'ADN d'Urby c'est de tester de nouveaux modes de transport et de partager des expériences avec nos partenaires. C'est la meilleure façon d'innover pour accélérer la décarbonatation des centres villes. Aujourd'hui, ce camion d'une autonomie de 100km nous permet de livrer entre 20 et 35 restaurants autour du vieux port de Marseille."

Pascoal Ferreira, qui conduit ce véhicule de 3.1 tonnes depuis plusieurs semaines, partage son expérience :"Ce camion permet de transporter jusqu'à 623 kg de produits frais, je livre essentiellement les restaurants du centre-ville de Marseille. Avant j'avais l'habitude de conduire des véhicules thermiques et électriques. Celui-ci est vraiment très bien : le poste de conduite est très agréable, il a une bonne reprise ce qui n'est pas le cas de tous les véhicules électriques et il est très silencieux."

Un démonstrateur pour accélérer la mobilité verte au niveau européen

Après chacune de ses tournées, Pascal branche son camion à la borne de recharge alimentée par les panneaux photovoltaïques situés sur le toit de l'ombrière. Le démonstrateur permet de coupler quotidiennement les données de production et stockage de l’ombrière (énergie, puissance) avec les données de recharge (durée, puissance, énergie) et d’exploitation du véhicule (kilomètres parcourus, autonomie de la batterie, charge du camion, nombre de livraisons…).  

En 8 mois d’exploitation, 18 000 km devraient être parcourus par le véhicule utilitaire électrique pour acheminer près de 100 tonnes de marchandises, la recharge de sa batterie étant couverte à plus de 80% par la production photovoltaïque de l’ombrière. 

Sur le MIN nous avons plus de 22 hectares et beaucoup de surfaces de toits disponibles. Nous pourrions imaginer d'autres projets de ce type qui pourraient contribuer à dépolluer la ville de Marseille. Il faut passer du rêve à la réalité pour transformer notre belle ville.

Christian Burle

Vice-président de la métropole Aix-Marseille

L'électromobilité en quelques chiffres