Publié le 15 mai 2022

Timbre Solitude : un hommage à la figure emblématique de la résistance des esclaves

Culture
Outre-Mer

Ce 16 mai 2022, La Poste émet un timbre à l'effigie de Solitude, ancienne esclave et figure historique de la résistance. Une émission philatélique s'inscrivant dans une série d'hommages actuellement rendue à l'héroïne, sur l'ensemble du territoire.

Le timbre "Solitude" a officiellement été dévoilé à l'Hôtel de la Marine le 24 mars dernier lors d’une cérémonie menée en partenariat avec la Fondation pour la mémoire de l'esclavage et le Centre des monuments nationaux. Un évènement tenu en présence de l'écrivaine guadeloupéenne Simone Schwarz-Bart, veuve d’André Schwarz-Bart, l'auteur du roman "La mulâtresse Solitude" qui a fait redécouvrir ce personnage en 1972.

Disponible en avant-première les 13 et 14 mai dans les bureaux de poste de Petit-canal, Morne à l’eau, pointe à pitre et au Carré d’encre à Paris, c'est depuis ce 16 mai que l'emblématique Solitude, figure de la résistance des esclaves noirs et mulâtres, selon le vocable utilisé à l’époque par les colons pour désigner les personnes nées d’un parent blanc et d’un parent noir, est proposée au grand public.

Solitude, de son prénom Rosalie, est vraisemblablement née vers 1772 en Guadeloupe et est morte exécutée en 1802 par les forces coloniales. En 1794, l’esclavage est aboli, mais en 1802 Napoléon Bonaparte décide de le maintenir dans certaines des colonies.

Il envoie le Général Richepance afin de rétablir "l’ordre esclavagiste" en mettant tous les résistants aux fers. Solitude aurait alors rejoint les rebelles avant d’être faite prisonnière lors de l’attaque du camp Palerme par le général Gobert, le 23 mai 1802. Enceinte de trois mois, elle se rallie à Louis Delgrès chef de la Résistance et participe à tous les combats contre les forces coloniales.

Depuis mai 1999, une statue est dédiée à Solitude dans la commune des Abymes, en Guadeloupe.

Elle est exécutée pour son rôle dans l'insurrection des esclaves le 29 novembre 1802 au lendemain de son accouchement. Ancienne esclave et figure historique de la résistance des esclaves luttant pour l’abolition de l'esclavage, elle est mise à l’honneur au travers de ce timbre. La partie connue et historique de la biographie de Solitude est extrêmement succincte. Son personnage est tiré de l'oubli et popularisé par d’André Schwarz-Bart dans son roman qui a permis de faire d’elle une héroïne de cette partie sombre de l’histoire.

En septembre 2020, la mairie de Paris a inauguré un jardin portant son nom dans le 17ème arrondissement inscrivant sur la plaque : "Jardin Solitude, Fanm' Doubout' Héroïne de la résistance des anciens esclaves de Guadeloupe contre le rétablissement de l’esclavage". Le 10 mai dernier, une statue de l'héroïne Guadeloupéenne a été inaugurée par la maire de Paris, Anne Hidalgo, dans ce même jardin. Une décision hautement symbolique : il s’agit de la première statue de femme noire dans la capitale française.

Une vente "1er Jour" valorisant la culture et le patrimoine local

Le 13 mai 2022, La Poste a présenté le timbre Solitude et procédé à sa vente en avant-première, aux "Marches des Esclaves", situé à Petit-Canal, en Guadeloupe. Une opération "1er Jour" menée en partenariat avec la mairie de Petit-Canal, la CCI des îles de Guadeloupe et l’Académie de Guadeloupe avec la coopération des entreprises et les artisans du Nord Grande-Terre. Ce partenariat s’inscrit dans la stratégie de sensibilisation, de valorisation de la culture et du patrimoine local, de la préservation de la biodiversité de la Collectivité et de la redynamisation de l’activité du Nord Grande-Terre. Dans le cadre de cette opération "1er jour", l’ensemble des postiers de la Guadeloupe se sont mobilisés et plusieurs animations ont été proposées en présence de la Marraine de l’opération Florence Naprix, chanteuse locale. Un évènement organisé en simultané au Carré d’encre Paris 9ème, au bureau de poste de Morne-A-L’eau de Pointe-à-Pitre Bergevin, dans les Relais Poste Urbain "Point Lire Le Moule", à St John Perse Pointe-à-Pitre, et au Papyrus à Marie-Galante. Les élèves et professeurs des écoles du Nord Grande-Terre étaient invités à participer à cette manifestation. "Cette journée marquée par l’histoire de Solitude, abattue pour combattre l’esclavage, reste pour moi une image indélébile" témoigne madame Ambrosio, participante à la journée "1er Jour". "Je constate que plusieurs professeurs ont tenu à assister à cet hommage, accompagnés de leurs élèves. Dans quelques années, ces élèves pourront répondre aux questions qui leurs seront posées sur la vie menée par Solitude. Cet effort pédagogique permet aux enfants d'aujourd’hui d’être les acteurs de notre histoire".