Publié le 30 novembre 2022

La Poste rejoint OneInThreeWomen, premier réseau européen des entreprises engagées contre les violences conjugales

Ce 1er décembre, La Poste rejoint en tant que membre actif OneInThreeWomen, le premier réseau européen des entreprises engagées contre les violences conjugales coordonné par la Fondation Agir Contre l’Exclusion (FACE) et signe la charte contre les violences conjugales.

La Poste confirme ainsi son implication dans la lutte contre les violences faites aux femmes et renforce les nombreuses actions qu’elle a déjà mises en place. En rejoignant ce réseau de 80 entreprises, La Poste pourra bénéficier de l’expérience de OneInThreeWomen et des bonnes pratiques pour mieux détecter et prévenir la violence.

En France 1 femme sur 10 subit des violences physiques ou sexuelles au cours de sa vie, la plupart du temps par un conjoint ou ex-conjoint¹. Les entreprises sont des lieux appropriés pour s’attaquer à ce problème car les salariées passent un tiers de leur temps au travail, où elles sont moins en contact avec leur agresseur.

Depuis plusieurs dizaines d’années, La Poste soutient, plusieurs centaines de postières par an.

Par l’intermédiaire de ses 200 assistants sociaux qui sont en lien avec des associations spécialisées partout sur le territoire, La Poste propose ainsi : un soutien psychologique, des conseils pour l’accès aux droits, des aides financières, des jours d’absence rémunérés pour accomplir des démarches.

Quand c’est nécessaire, des changements de lieux de travail et une aide au relogement pour les victimes et leurs enfants sont également possibles.

« En rejoignant OneInThreeWomen, le groupe La Poste renforce ses actions pour soutenir les victimes de violences conjugales et partager des bonnes pratiques avec les autres membres pour mieux détecter et prévenir ces violences ».

Valérie Decaux

Valérie Decaux

Directrice générale adjointe du groupe La Poste en charge des Ressources Humaines

Pour aller plus loin, dans le cadre de l’accord social relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes signé le 21 juillet 2022 par La Poste avec les organisations syndicales CGT, CFDT, FO, la liste Osons l’Avenir CFE-CGC / CFTC et l'UNSA - Postes, plusieurs mesures ont été inscrites pour accompagner les postiers victimes :

  • Une sensibilisation des managers, de la filière RH et des postiers aux violences familiales. Un atelier de sensibilisation, animé par OneInThreeWomen et la Fondation Agir Contre l’Exclusion (FACE) a par exemple été proposé, le 25 novembre dernier, auprès de 20 000 managers et 5 000 RH de La Poste.

  • L’identification d’associations spécialisées pour renforcer le soutien aux postiers concernés, en lien avec les assistants sociaux.

Enfin, à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, le 25 novembre, sous l’impulsion du ministère chargé de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances, La Poste s’est associée à la Fédération nationale des Centres d’information sur les droits des femmes et des familles (FNCIDFF) pour poursuivre son engagement en faveur des femmes victimes de violences. Cet engagement se traduit par deux actions concrètes :

  • Une aide aux femmes qui ont besoin de retrouver une autonomie financière : La Poste engagera des actions d’accompagnement vers l’emploi dans ses métiers de traitement et de distribution du courrier ;

  • Un accès facilité aux structures de soutien aux victimes : La Poste mettra de nouveau à disposition du public, dans ses bureaux de poste, de l’information sur les numéros d’urgence mis en place par les pouvoirs publics ainsi que les coordonnées des centres d’information sur les droits des femmes et des familles.

Les violences faites aux femmes sont des phénomènes graves, parfois tragiques, qui traversent toute la société. La Poste combat ces violences depuis longtemps en accompagnant les postières victimes et en diffusant le numéro d’urgence 3919 au sein de ses bureaux de poste. Les victimes de violences domestiques sont dans des situations d’urgence, elles ont besoin d’être soutenues et accompagnées dans leur vie personnelle et dans leur vie professionnelle.

(1)Santé Publique France. Violences envers les femmes et état de santé mentale : résultats de l’enquête Enveff 2000. 2005. Disponible sur : https://www.santepubliquefrance.fr/docs/violences-envers-les-femmes-et-etat-de-sante-mentale-resultats-de-l-enquete-enveff-2000