Publié le 9 mars 2022

La Métropole Rouen Normandie et le centre financier roulent ensemble

Ecologie
Normandie

Acteurs majeurs de la transition énergétique et partenaires historiques, la Métropole Rouen Normandie et le centre financier sont associés au sein d’un réseau de covoiturage interentreprises. Elsa Delabaere et Omar Belmahjoubi décrivent les contours et les enjeux de ce projet ambitieux.

Elsa DelabaereResponsable de service développement des mobilités à la Métropole Rouen
Omar BelmahjoubiRéférent RSE au centre financier de Rouen
1

Pourquoi avoir imaginé ce service de covoiturage ?

1

Elsa Delabaere : L’accompagnement des employeurs de la Métropole Rouen Normandie dans la mise en place de plans de mobilité, qu’on appelait auparavant plan de déplacement d’entreprise, est une de nos priorités. Nous encourageons notamment le recours au covoiturage. Toutefois, au contraire d’autres moyens de locomotion alternatifs comme les transports en commun, la marche ou le vélo, celui-ci est le plus compliqué à développer. Un inconnu qui s’invite dans votre véhicule est vécu comme une intrusion dans votre sphère privée et vous impose des contraintes d’horaires et des détours. Un outil de mise en relation entre conducteurs et passagers existe depuis 2007. En 2018, la Métropole Rouen Normandie a décidé d’aller plus loin en investissant dans un véritable service de covoiturage.

2

Quelles sont les raisons qui ont motivé le centre financier de Rouen à s’associer au projet ?

2

Omar Belmahjoubi : La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est au cœur de la stratégie du groupe La Poste. Chaque année, le centre financier de Rouen organise des manifestations en faveur du développement durable, en particulier sur le volet de la mobilité. Il y a 6 ans déjà, un grand chantier avait été lancé sur le plan de déplacement d’entreprise (PDE). Nous avions fait un inventaire des modes de transports utilisés et des lieux de résidence de tous les postiers qui travaillent dans les locaux du centre financier. Ces informations nous ont permis de dresser une cartographie précise. A titre d’exemple, nous nous sommes aperçus que 13 collaborateurs du bâtiment habitent dans un rayon d’un kilomètre seulement.

3

Quelle est la finalité de ces actions ?

3

Omar Belmahjoubi : Notre objectif est de réduire l’empreinte carbone en limitant les déplacements en voiture. Pour ce faire, nous avons mis à disposition du personnel un parc de vélos électriques et promouvons le covoiturage en interne. Comme cela a été dit par Elsa, cette dernière initiative n’a pas eu les effets escomptés. Beaucoup de salariés rechignent à dévoiler leur domicile et à passer du temps supplémentaire avec leurs collègues en dehors des heures de service. Par ailleurs, nous avons des partenariats avec des acteurs de la région rouennaise comme le Réseau Astuce (le réseau de transport en commun de l’agglomération), la SNCF ou la Métropole Rouen Normandie. C’est lors de nos échanges réguliers qu’un service de covoiturage inter-entreprises nous a été suggéré.

4

Comment fonctionne le service?

4

Elsa Delabaere : Conducteurs et passagers déposent des demandes de trajet sur le site de notre prestataire Klaxit. Chaque conducteur perçoit une rémunération de 2 euros pour un déplacement qui n’excède pas 20 kilomètres. Chaque kilomètre supplémentaire est valorisé à hauteur de 10 centimes. Pour le passager, la prestation est totalement gratuite en dehors d’une contribution de 10 centimes par kilomètre au-delà de 40 kilomètres parcourus. Ce financement est pris en charge en intégralité par la collectivité. Le service inclut des facilités : une garantie est offerte au passager en cas d’impossibilité pour le chauffeur d’assurer le trajet retour. De plus, lorsqu’une demande est déposée sur la plateforme, l’outil indique tout au long du parcours les aires de stationnement pour faciliter la prise en charge des passagers.

Omar Belmahjoubi : Klaxit cherchait des entreprises pilotes pour tester le service. Nous avons saisi cette opportunité. Le principe de trouver des salariés d’autres entreprises du quartier de Saint-Sever pour organiser ce réseau de covoiturage nous a séduits. C’est un moyen pour le personnel de réaliser des économies et pour le groupe La Poste de consolider sa place de leader mondial en matière de RSE.

5

Quels sont les premiers résultats ?

5

Elsa Delabaere : Le service a été lancé en septembre 2020 à l’occasion de la semaine du développement durable pour une période expérimentale d’un an. L’objectif était de vérifier le bon calibrage de l’accompagnement financier et de son efficacité. Aujourd’hui, malgré les contraintes liées aux restrictions sanitaires successives, nous comptons 6 000 personnes inscrites sur la plateforme dont la moitié a déjà effectué un trajet. Jusqu’alors, seuls les employeurs partenaires de Rouen Normandie, dont le groupe La Poste, étaient informés du service. La campagne de communication actuelle va nous permettre de toucher l’ensemble des habitants des 71 communes de l’agglomération.

L'opération en quelques chiffres

210

Employeurs partenaires de la Métropole Rouen Normandie

pour un total de 51 000 salariés

9 000

Trajets enregistrés

en novembre 2021