Publié le 27 avril 2022

La Banque Postale finance la rénovation des ponts de Normandie et de Tancarville

Gestionnaire mandatée par l’État des 2 ponts de Normandie, la CCI Seine Estuaire a levé des fonds afin de financer des travaux de maintenance et compenser des baisses de recette. La Banque Postale compte parmi les organismes qui ont été retenus au sein d’un grand pool financier.

Premier financeur bancaire des collectivités locales, La Banque Postale accompagne la CCI Seine Estuaire dans son projet de rénovation des ponts de Normandie et de Tancarville. La Banque Postale intervient ainsi en tant qu’arrangeur, principal financeur et agent d’un prêt de 180 millions d’euros sur 10 ans négocié avec CNP Assurances, La Banque Postale Asset Management (LBPAM) et 3 groupes bancaires. La Banque Postale s’inscrit dans ce projet à hauteur de 74 millions d’euros.

La rénovation du pont rouge de Tancarville sera partiellement assurée par un prêt de La Banque Postale.

Pont de Tancarville

Lors de la présentation du projet, tenue le 8 avril dernier, les porte-paroles des banques retenues dans ce grand plan de refinancement ont souligné d’une même voix le caractère emblématique pour la région des 2 ponts de Tancarville et de Normandie. Construits respectivement en 1959 et en 1995 et empruntés chaque année par près de 15 millions de véhicules, ces deux ouvrages d’art sont gérés par la CCI Seine Estuaire qui en assure l’entretien et la maintenance dans le cadre d’un contrat de concession accordé par l’État jusqu’en 2027.

Palier les 50 millions d’euros de manque à gagner

Ces dernières années, la CCI a dû faire face à une baisse sensible des recettes : "La circulation sur les 2 ponts normands a fortement diminué pendant la crise sanitaire, concède Yves Lefebvre, président de la CCI Seine Estuaire.

"Or, pour l’État et les collectivités territoriales concernées comme pour la CCI, il était exclu de faire supporter cette baisse aux usagers par une augmentation des tarifs au péage." Ce manque à gagner a été évalué à près de 50 millions d’euros sur des modélisations à l’horizon 2027. "Aussi, pour compenser, nous avons conclu un prêt garanti par l’état (PGE) en 2020 et obtenu un report des échéances de crédit pour un montant global proche de 40 millions d’euros, poursuit Yves Lefebvre. En parallèle, sur la période 2020-2027, l’État nous a demandé de mettre en œuvre un programme pluriannuel d’entretien. Le coût des travaux a été estimé à 138 millions d’euros."

L’État nous a demandé de mettre en œuvre un programme pluriannuel d’entretien des 2 ponts normands. Le coût des travaux a été estimé à 138 millions d’euros.

Yves Lefebvre, président de la CCI Seine Estuaire

Yves Lefebvre

Président de la CCI Seine Estuaire

La Banque Postale, principal financeur

Afin de supporter ces dépenses et de les étaler dans le temps, la CCI a négocié et obtenu de l’État un prolongement de la concession des ponts jusqu’en 2031. Afin de lever des fonds, la CCI a également lancé un appel d’offre suite auquel La Banque Postale a été choisie parmi les intermédiaires composant le pool de financement.

Ces 2 ponts permettent à des milliers d’automobilistes de franchir la Seine. Ils sont essentiels au développement économique, participent à l’attractivité de la région et améliorent la qualité de vie de ses habitants.

Emmanuel Esneu, directeur des financements d’actifs et de projets à la BFI de La Banque Postale.

Emmanuel Esneu

Directeur des financements d’actifs et de projets à la BFI de La Banque Postale

"La CCI Seine Estuaire a confié à La Banque Postale le rôle d’arrangeur et de principal financeur dans cette transaction et c’est une réelle fierté " se réjouit Emmanuel Esneu, directeur des financements d’actifs et de projets à la Banque de Financement et d’Investissement (BFI) de La Banque Postale. "Au quotidien, ces 2 ponts permettent à des milliers d’automobilistes de franchir la Seine. Ils sont essentiels au développement économique, participent à l’attractivité de la région et améliorent la qualité de vie de ses habitants".

La rénovation du pont de Normandie sera partiellement assurée par un prêt de La Banque Postale.

Sur près de 180 millions d’euros de financement, La Banque Postale et 2 de ses filiales interviennent à hauteur de 74 millions d’euros sur une durée de 10 ans. "Ce beau projet, réalisé en synergie avec CNP Assurances et La Banque Postale Asset Management (LBPAM), illustre notre engagement en faveur du développement territorial. Il conforte également notre statut de leader du financement des collectivités locales" conclut Emmanuel Esneu. "Depuis que nous avons uni nos forces avec la CNP, l’attelage que nous formons constitue la onzième institution financière de la zone euro".

Véritables défis technologiques pour l’époque, les ponts de Normandie et de Tancarville incarnent le savoir-faire du génie-civil français et l’engagement d’un territoire dans une démarche d’innovation forte.

Le projet de rénovation, en quelques chiffres

180 millions

d’euros de prêt

dont 74 millions financés par LBP et ses filiales

60%

du budget des travaux

est affecté à l’entretien du pont rouge de Tancarville

Aux côtés de la Banque de Financement et d’Investissement de La Banque Postale, la CNP intervient à hauteur de 50 millions d’euros. Ce montage s’inscrit dans la recherche de diversification de ses actifs sur des marchés plus rémunérateurs à terme, comme les infrastructures ou l’immobilier en complément des obligations. CNP Assurances démontre ainsi son utilité sociétale en contribuant au financement de l’économie réelle et valorise l’épargne de ses assurés par un placement au rendement fixe et régulier.

Daniel Thébert, responsable des investissements immobiliers, infrastructures et forêts de CNP Assurances.

Daniel Thébert¹

Responsable des investissements immobiliers, infrastructures et forêts de CNP Assurances.

(1)Copyright photo : CC Aldo Sperber