Publié le 1 décembre 2021

Cédric Pinel 45 ans, à La Poste depuis 23 ans. Facteur à Limours (Essonne).

Ressources humaines
Récit
Ile-de-France

Cédric Pinel a appris à faire preuve de sang-froid durant le siège de Sarajevo, alors qu’il était sergent dans les commandos de l’air, entre décembre 1994 et juin 1995. Alors engagé dans l’armée française, il sert comme Casque bleu et assure la protection de l’aéroport de la capitale de Bosnie-Herzégovine.

Le danger, il le côtoie et sait l’apprivoiser… Ainsi, lorsque devenu facteur, il trouve en ce jour de juillet 2020 l’un de ses clients à demi-inconscient sur son canapé, pâle et transpirant à grosses gouttes, il procède calmement : « Avez-vous des douleurs thoraciques ? Souffrez-vous au niveau du bras gauche ? » Ces questions, il a appris à les poser lors de sa formation aux gestes de premiers secours réalisée à La Poste en 2017.

« Je suis un facteur “à l’ancienne”. J’effectue ma tournée dans l’Essonne, à Forges-les-Bains, une petite commune de 5 000 âmes avec des maisons dispersées à la campagne. C’est un milieu rural avec beaucoup de clients âgés avec lesquels j’ai noué un lien. J’ai pour habitude de sonner chez eux puis de pousser la porte pour leur remettre les plis en main propre. Il s’agit de voir si tout va bien, d’échanger quelques minutes… Sur ma tournée, les portes sont toujours ouvertes et il ne me viendrait pas à l’idée de ne pas saluer. »

Cédric Pinel

« À la campagne, certains signes mettent en alerte, comme des volets fermés passé une certaine heure »

C’est ainsi qu’il a pu prêter secours à cet homme d’une soixantaine d’années vivant dans un corps de ferme, qui ne répondait pas à la sonnette et était en train de faire un infarctus. « La douleur thoracique et au bras gauche, cela ne trompe pas », explique le facteur avisé. Cédric Pinel connaît bien ses clients.

En ligne avec le Samu en attendant l’arrivée des secours, il a maintenu éveillé le sexagénaire en appliquant leurs directives, puis est resté jusqu’à la fin de leur intervention. C’est lui qui a fermé la maison et appelé son fils, qu’il connaît dans le cadre de ses activités sportives.

Du football quand il était plus jeune à la boxe thaï depuis une dizaine d’années, en passant par la musculation, Cédric Pinel s’est toujours investi dans le sport : « Cela m’apporte du bien-être mais aussi de la discipline, bien utile dans mon métier où je souhaite être précis et concentré pour servir au mieux les personnes. » « Ses clients sont attachés à sa rigueur et à sa personne », confie Annie Massieux, la responsable encadrante du site de Limours, qui apprécie son caractère entier et sa franche relation avec chacun