Publié le 18 avril 2022

Timbre Henri Rouart : un hommage au créateur du système de La Poste pneumatique de Paris

Philatélie
Ile-de-France

Le 11 avril 2022, La Poste a émis un timbre sur Henri Rouart, artiste et créateur du système de La Poste pneumatique à Paris. Ce timbre, issu du programme philatélique annuel, a été émis à 705 000 exemplaires à l’occasion des 110 ans de sa disparition. Les exemplaires non vendus dans un an seront retirés de la vente. Une spécificité qui déterminera la côte de ce timbre ouvert au grand public... et aux collectionneurs.

Né à Paris le 2 octobre 1833, l'infatigable Henri Rouart incarne de nombreuses facettes : ingénieur, amateur d’art, industriel avant-gardiste, peintre allié des impressionnistes ou encore maire. Condisciple d’Edgar Degas au lycée Louis-le-Grand, il intègre ensuite l’École Polytechnique et poursuit sa pratique artistique qui occupera une place majeure sa vie durant.

Ce nouveau timbre, tiré à 705 000 exemplaires, figure un portrait de Henri Rouart, peint par Edgar Degas.

Ce nouveau timbre, tiré à 705 000 exemplaires, figure un portrait de Henri Rouart, peint par Edgar Degas.

Excellent gestionnaire et chef d’entreprise avisé, les récompenses aux expositions universelles jalonnent ses succès en fabrication, de la réfrigération à la messagerie pneumatique. Vers la cinquantaine, l’artiste supplante l’entrepreneur. Homme moderne, il s’inscrit dans la recherche impressionniste tout en s’en démarquant. Ses déplacements incessants lui ont autorisé un travail quotidien sur le motif. Homme de fond, Henri Rouart préfère les capacités structurantes d’un contraste lumineux à l’éblouissement de l’extrême perceptif.

Allant jusqu’au bout de sa passion pour la nature et, à rebours des habitudes de ses camarades, il pique son chevalet en pleine montagne. Degas en est effaré. En toute discrétion, le peintre Rouart accomplit une Oeuvre. Ses héritiers la dévoileront à travers une première rétrospective, en 1912, chez Durand-Ruel, haut lieu de l’Impressionnisme.

L’œil aiguisé de Rouart

Henri Rouart et Edgar Degas se perdent de vue après le lycée pour mieux se retrouver en 1870 lors du siège de Paris. Degas dédie plusieurs portraits à son ami d’enfance. C'est l'un de ces portraits qui illustre ce nouveau timbre. Ce petit format, conservé au musée Marmottan Monet, est exécuté peu après leurs retrouvailles. Henri et Edgar ne partagent rien en caractère, mais tout en art.

Dévoilement du timbre, au sein du Carré d'Encre de Paris.

Dévoilement du timbre, au sein du Carré d'Encre de Paris.

L’un et l’autre pratiquent la peinture et sont d’acharnés collectionneurs. Ils s’épaulent et se conseillent sans relâche. L’œil aiguisé de Rouart lui permet de réunir un ensemble sans pareil (de Greco à Gauguin). Collection ouverte, contre spéculative, dont il délivre le secret et le génie, un unique critère : n’acheter que ce qu’il aime. Sur les contours de la feuille de timbres sont représentés différents éléments dans la vie d’Henri Rouart. En bas à droite un moteur à gaz de Lenoir par Mignon et Rouart, établie à Montluçon, en 1864.

L’usine de Monsieur Rouart devient ainsi un important centre de fabrication des moteurs à gaz de Lenoir dès le début des années 1880. "Le pneumatique a eu une grand carrière littéraire parce que énormément d’écrivains le mentionne à commencer par Marcel Proust" a souligné Jean-Marie Rouart, le romancier, essayiste et chroniqueur, membre de l'Académie française et arrière-petit-fils d’Henri Rouart lors du dévoilement du timbre au Carré d’Encre à Paris le 8 avril.

Le système de la Poste pneumatique de Paris dont Henri Rouart a activement participé à l’invention est également présent sur l’illustration philatélique. "Ce système qui va essaimer dans plusieurs villes d’Europe, Londres, Vienne, Berlin mais aussi Marseille et qui avait d’abord été conçu pour le ministère de l’Intérieur, via l’administration des télégraphes dans la capitale s‘est ensuite démocratisé grâce à la réunion des Télégraphes et de La Poste dans un seul ministère des communications" explique Sébastien Richez, historien du groupe La Poste.

"C’est à partir de 1879 que le système promu par Henri Rouart va s’imposer comme moyen de communication révolutionnaire. Les historiens des techniques estiment souvent que La Poste pneumatique est dans l’esprit et le principe l’un des ancêtres de l’Internet d’aujourd’hui. Pour les Parisiens, du dernier tiers du 19e siècle, il y avait la capacité d’envoyer des messages à l’autre bout de la capitale en moins d’une heure. C’était une révolution incroyable. Certains penseurs de l’époque vont extrapoler et prédire la fin de La Poste classique qui n’existe dans sa distribution quotidienne que depuis 1864 au profit de la toute récente Poste pneumatique".

Les historiens des techniques estiment souvent que La Poste pneumatique est dans l’esprit et le principe l’un des ancêtres de l’Internet d’aujourd’hui.

Mais l’utilisation de la Poste pneumatique s’étiolera dans les années qui suivront la Seconde Guerre mondiale. Malgré un plan de modernisation mis en place dans les années 1960, ce service fermera définitivement le 30 mars 1984, laissant place à de nouveaux moyens de communications.