Publié le 7 décembre 2021

Pronote Primaire, une application idéale pour le premier degré

Numérique
Ile-de-France

A l’initiative de Gisèle Richard, la présidente du syndicat du regroupement pédagogique intercommunal, les communes de Mons-en-Montois, Cessoy-en-Montois, Sognolles-en-Montois et Lizines (77) ont opté pour la solution Pronote primaire proposée par La Poste. 

Application leader des collèges et lycées, Pronote met désormais à disposition des écoles primaires et des communes une version dédiée au premier degré. Après deux ans de test auprès de 60 écoles, Docaposte lance une version de l’application de vie scolaire étudiée spécialement pour les écoles primaires.

Conçue comme une plateforme digitale, à l’image de Pronote pour les collèges et les lycées, Pronote Primaire s’interconnecte avec les éditeurs de ressources pédagogiques comme avec les environnements numériques de travail. Elle consolide les données à destination des inspecteurs d’académie, ainsi que vers les logiciels de la mairie, pour offrir à l’école primaire, à son directeur et aux familles, un système d’information dans lequel l’élève est au centre. 

Avec ce lancement, Docaposte accompagne l’accélération du développement du numérique éducatif dans les 30 000 écoles primaires de France. Application leader dans le second degré avec plus de 2 milliards de connexions en 2020 et plus de 15 millions d’utilisateurs, Pronote est une solution logicielle complète de vie scolaire, à la fois cahier de texte, emploi du temps, support pédagogique et outil de relation entre l’établissement, les élèves, les familles, l’inspection académique et la mairie.

Témoignage

Les communes de Mons-en-Montois, Cessoy-en-Montois, Sognolles-en-Montois et Lizines (77) ont opté dernièrement pour la solution proposée par La Poste. A l'occasion de ce déploiement, nous avons rencontré Robert Renault, secrétaire du syndicat du regroupement pédagogique intercommunal de Mons-en-Montois.

Robert RenaultSecrétaire du syndicat du regroupement pédagogique intercommunal de Mons-en-Montois
1

Pour quelle raison avez-vous choisi de souscrire au contrat Pronote ?

1

Robert Renault : J’ai des contacts réguliers avec les enseignants du groupement pédagogique qui m’ont affirmé que ce système fonctionnait parfaitement pour les élèves du collège et du lycée et qu’il y avait visiblement un bon retour des parents. Pronote est manifestement un bon outil de relation à distance entre les familles et les équipes pédagogiques.

2

Quels sont les avantages de ce contrat pour votre groupement de communes ?

2

Robert Renault : Dans la mesure où nous sommes sur un regroupement pédagogique éclaté dans lequel les enfants peuvent être sur deux ou trois villages différents, cette solution fluidifie les échanges entre les familles, les communes et les enseignants. Les parents qui travaillent souvent en région parisienne et sont tributaires du train rentrent souvent très tard le soir et il n’est pas simple pour eux de prendre des rendez-vous avec les professeurs. Pour nous, c’est un outil supplémentaire que nous testons depuis quelques semaines.

3

Quelle est la fonctionnalité qui, selon vous, est la plus utile pour vos administrés ?

3

Robert Renault : Pronote nous aide à gérer tout ce qui touche aux activités périscolaires telles que la cantine ou la garderie. 

4

Quel a été l’accompagnement du groupe La Poste ?

4

Robert Renault : Dans le cadre du plan de relance du socle numérique, nous cherchions à être équipés de tablettes Sqool et à bénéficier du logiciel Pronote.  Le responsable du développement des nouveaux services à La Poste sur notre secteur, Richard Donzelot, m’a proposé un rendez-vous physique, ce qui nous a permis d’échanger de vive voix et de préciser ensemble notre besoin. Il nous a proposé une solution pratiquement clé en main, simple, rapide et facile d’accès. C’est ainsi que La Poste se charge de l’installation et de la maintenance des équipements pédagogiques et des logiciels.

5

Comment pourrait évoluer ce contrat dans les années à venir ?

5

Robert Renault : Nous sommes dans la première phase d’expérimentation où tous les utilisateurs vont bénéficier d’une période de formation. Nous allons déjà évaluer en classe le ressenti des élèves, des enseignants et des familles. A partir de là, nous allons mettre en place une analyse qui nous permettra peut-être d’aller plus loin.

6

Est-ce que le corps enseignant adhère à la démarche ?

6

Robert Renault : Les enseignants sont dans l’ensemble assez favorables. Il peut y avoir une certaine appréhension, car il va falloir aborder la classe d’une autre manière. A l’usage, je pense que ce sera bénéfique pour tous. Honnêtement, je ne vois pas comment on peut aller contre les progrès qui sont mis en place. A un moment ou à un autre, les enfants devront être confrontés à cette organisation de travail. Autant que cela soit le plus tôt possible surtout que leurs aînées du collège et du lycée utilisent déjà l’outil avec succès. Par cette action, nous créons en quelque sorte une continuité entre les classes primaire, du collège et du lycée.