Publié le 26 mai 2022

La Poste lance son comité pour une IA de confiance

Numérique
National

Le numérique est un axe prioritaire du plan stratégique « La Poste 2030, engagée pour vous ». Pour accompagner l’utilisation croissante de l’intelligence artificielle (IA) et des données, La Poste se dote d’un cadre permettant de garantir une approche éthique, responsable et humaine de l’IA, en cohérence avec les valeurs historiques du groupe. Le 11 mai dernier s’est tenu son premier comité pour une Intelligence Artificielle (IA) de confiance.

Aujourd’hui, La Poste se place dans le top 5 des entreprises françaises en matière d’expertise en données et intelligence artificielle, notamment grâce à ses acquisitions (Probayes, Softeam, OpenValue) qui constituent un pôle Data IA de 400 experts.

Reconnaissance des adresses sur les machines de tri, agents conversationnels sur nos sites internet, détection de la fraude dans le domaine bancaire… plusieurs solutions d’intelligence artificielle sont déjà déployées au service des clients et de l’entreprise.

Au-delà de la recherche de performance et de compétitivité, cette transformation numérique doit se faire dans le respect des valeurs d’intérêt général et de confiance, ancrées dans l’ADN de La Poste. C’est notamment pour garantir une utilisation éthique de l’IA, que La Poste a lancé son comité pour une IA de confiance, qui s’est réuni pour la première fois le 11 mai dernier.

Muriel Barnéoud, Directrice de l’Engagement Sociétal du groupe, et Pierre Etienne Bardin, Chief Data Officer du groupe La Poste en dévoilent les principes fondateurs.

Muriel BarnéoudDirectrice de l’Engagement Sociétal du groupe La Poste
Pierre Etienne BardinChief Data Officer du groupe La Poste
1

Qu’est-ce qu’une utilisation éthique de l’intelligence artificielle ?

1

Muriel Barnéoud : Développer une IA éthique signifie prendre en compte le bien-être sociétal et environnemental qu’elle apporte. Ce qui veut dire, veiller à la manière dont elle est centrée sur l’humain et transparente dans son intention. C’est un élément essentiel de la confiance.

Pierre Etienne Bardin : Assurer une IA plus responsable, c’est aussi intégrer un principe fondamental : dans tous les cas, la décision d’un algorithme d’IA doit pouvoir être expliquée. Dès leur conception, nous intégrons à nos solutions d’IA des principes de non-discrimination et d’équité. Nous menons notamment avec INRIA des travaux de recherche et d’innovation pour une IA plus frugale et plus durable.

2

Quelle organisation est mise en place pour garantir une IA éthique à La Poste ?

2

Pierre Etienne Bardin : Nous avons complété notre charte Data sur la protection des données, par une charte IA, qui formalise l’engagement de La Poste pour une utilisation éthique de l’intelligence artificielle.  Et parce que nous ne voulions pas que cela reste une déclaration d’intention, nous avons complété le dispositif par la création du comité pour une IA de confiance, qui garantit la bonne application des principes des chartes, le contrôle de toutes les solutions technologiques et de l’ensemble du cycle de vie des projets d’intelligence artificielle.

Muriel Barnéoud : La création de ce comité s’inscrit dans une démarche identitaire pour La Poste. Nos valeurs historiques de respect de la confidentialité et du lien de confiance sont aussi pertinentes dans l’univers du numérique que dans celui de la correspondance. L’IA doit être un progrès et un bien pour tous, ce qui suppose qu’elle doit être respectueuse des principes fondamentaux qui sont les nôtres.

3

A quels enjeux stratégiques ce comité répond-il ?

3

Pierre Etienne Bardin : Ce comité matérialise l’engagement du groupe La Poste pour un numérique utile et responsable, et sa volonté d’être la référence en termes d’éthique appliquée au numérique. Cela peut avoir un véritable effet positif sur la promesse employeur ! En ligne avec la prise de conscience du public de l’importance de l’éthique dans les data sciences, cette manière d’affirmer nos principes doit constituer un avantage réel pour attirer les talents dans l’IA qui partagent nos valeurs ainsi que pour rassurer nos collaborateurs sur l'utilisation vertueuse des données.

4

Qu’attendez-vous concrètement du comité éthique ?

4

Muriel Barnéoud : L’IA est par excellence un sujet en évolution permanente. Le comité va nous permettre de nous adapter en continu à ces mutations ainsi qu’au niveau d’exigence et aux attentes de transparence des clients et des collaborateurs. Et bien sûr, nous entendons être des contributeurs clés de ces évolutions, comme nous l’avons été en 2016 en anticipant le RGPD et en mettant en place la première charte data de protection des données en France ! Dans tous les cas, le comité pour une IA de confiance va nous aider à rester aux avant-postes, vigilants et agiles pour relever les défis de demain.

Qui compose ce comité ?

Ce comité transverse est composé de représentants des branches et des filiales. Il est pluridisciplinaire, composé de représentants des directions de la conformité Groupe - dont le déontologue - et BGPN, de juristes, des chiefs data officer et ainsi que de représentants des clients et des collaborateurs.

 3 personnalités externes y participent également :

·  Un représentant d’INRIA ( Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique) dont le regard scientifique permet d’enrichir une base d’outils innovants au service du respect de nos principes éthiques.

·  Une représentante du Hub France IA, association qui fédère des initiatives en Intelligence Artificielle (IA) en France.

·  Un représentant de l’Association Française de la Relation Client (AFRC).