Publié le 15 novembre 2021

La Poste investit 450 millions d'euros dans son outil industriel et logistique Colissimo en France

Logistique
National

Dans le cadre de la mise en œuvre du plan stratégique du groupe "La Poste 2030, engagée pour vous", La Poste poursuit sa transformation industrielle. Pour faire face à l’essor de l'e-commerce et à la forte augmentation du nombre de colis à trier et livrer, tandis que le nombre de lettres continue de décroître, elle entame le deuxième volet de son plan logistique démarré en 2018 et investit de nouveau à hauteur de 450 millions d’euros dans son outil de production.

La crise sanitaire a accéléré le changement des habitudes de consommation: les e-acheteurs sont de plus en plus nombreux et leurs achats en ligne de plus en plus fréquents. 41,6 millions de Français achètent sur Internet, ce qui représente 1,5 million de plus qu’en 2019, selon la Fédération de l'e-commerce et de la vente à distance (Fevad). Dans ce contexte, les volumes de Colissimo à trier et livrer ont bondi de près de 30% en un an. En 2020, le marché a progressé de 3 années en une.

La Poste investit 450 millions d'euros dans son outil industriel et logistique Colissimo en France

La stratégie d’investissements de La Poste dans son outil de production courrier-colis en France décidée en 2018 s’est révélée essentielle pour absorber cette croissance exceptionnelle. Il est désormais nécessaire d’envisager un deuxième volet du programme de modernisation industrielle afin d’être capable, d’ici 2030, de trier et livrer 1 milliard de colis par an, soit deux fois plus qu’actuellement (471 millions de Colissimo en 2020).

Une croissance du marché protéiforme et des tendances émergentes

La croissance du marché a plusieurs origines. Les très grands clients de La Poste, géants de l'e-commerce recherchent des délais de livraison de plus en plus courts (en J+1). Parallèlement, La Poste observe une croissance du marché des flux de petites marchandises en provenance d’Asie. Enfin, la croissance est portée par l’essor du marché de la seconde main et l’émergence de nouveaux modèles, comme ceux issus de l’économie circulaire entre particuliers.

La Poste ambitionne de trier et livrer 1 milliard de Colissimo par an d’ici 2030 et de demeurer le numéro 1 des solutions de livraison.

Avec ce nouveau plan, près de 900 millions d’euros auront été investis sur dix ans par le groupe La Poste en France, dans son outil Colissimo ; c’est une preuve de l’engagement du groupe au bénéfice de ses clients, pour les postiers et pour l’environnement. Plus que jamais, le e-commerce devient le moteur de la croissance de nos activités postales.

Philippe Dorge

Philippe Dorge

Directeur général adjoint du groupe La Poste, en charge de la Branche Services-Courrier-Colis

La Poste a décidé d’investir massivement, il y a 4 ans, pour renforcer et moderniser son outil industriel et logistique. Ce premier investissement de 450 millions d’euros a déjà permis de faire sortir de terre 5 nouvelles plateformes de tri nationales et de consolider le réseau de transport et de distribution du courrier et des colis en France grâce à une soixantaine de sites créés ou modernisés. Les nouvelles plateformes de tri sont équipées de machines de nouvelle génération capables de trier jusqu’à 40 000 colis à l’heure et concentrent plusieurs innovations au service de la performance, des conditions de travail et du respect de l’environnement.

Un nouvel investissement de 450 millions d’€ pour un outil logistique encore plus puissant

La Poste a décidé d’investir de nouveau de manière significative pour moderniser et renforcer son réseau en France. Hors immobilier, cet investissement s’élève à 450 millions d’euros sur 4 ans. Il financera 5 grands projets logistiques dans 4 plaques géographiques : dans l’Est, l’Ouest, le Sud-Ouest et le Sud-Est et plus de 100 projets de modernisation et créations de sites de distribution sur l’ensemble du territoire.

Au-delà des plateformes de tri de colis, près de la moitié du montant sera en effet consacrée aux plateformes de distribution courrier-colis, soit plus d’une centaine d’établissements concernés, qui seront créés ou équipés de nouvelles machines.

Fort de ces nouvelles plateformes, le réseau Colissimo sera en mesure de livrer 90% du territoire en J+1, délai qui devient une norme du marché.

Un plan de modernisation au bénéfice des postiers

Tout comme pour le premier volet du plan industriel, une attention particulière sera portée à l’emploi et aux conditions de travail des postiers. En termes d’emploi : la croissance de l’activité de Colissimo permet de générer des centaines d’emplois directs et indirects et de contribuer au maintien de milliers d’emplois de facteurs, qui subissent une baisse continue de leur activité de distribution du courrier.

Certaines activités auparavant réalisées par des entreprises logistiques et de livraison partenaires seront ainsi réinternalisées. Colissimo n’aura donc plus que 11% de son activité sous-traitée (hors transport), contre 19% aujourd’hui, le taux déjà le plus bas du secteur. En termes de conditions de travail : les travaux de rénovation et de modernisation des sites intégreront les innovations favorables aux conditions de travail des collaborateurs : bras articulés, diminution des tâches manuelles, outils d’aide à la manutention. Ces outils, dont certains sont développés spécialement pour La Poste, représentent un investissement de plusieurs millions d’euros. Des formations seront proposées à chaque opérateur et de nouveaux métiers sont créés dans les grandes plateformes de tri, par exemple : équipier spécialisé ou superviseur traitement.

Ce plan d’investissement marque une nouvelle étape dans notre stratégie de croissance et nous permet de conforter notre place de numéro 1 du colis en France. Il nous permettra de répondre aux attentes de tous nos clients, e-commerçants, particuliers et entreprises, en leur apportant un haut niveau de qualité de service et une pratique responsable de l'e-commerce.

Jean-Yves Gras

Jean-Yves Gras

Directeur Général de Colissimo

Une empreinte carbone au colis toujours plus faible

Forte de son statut d’entreprise à mission, La Poste poursuit ses actions en matière de réduction de l’empreinte carbone de chaque colis grâce aux efforts réalisés aussi bien sur l’acheminement que sur la réussite de livraison et le dernier kilomètre.

Pour l’acheminement, le déploiement des liaisons en caisses mobiles, couplé au rangement des colis sans chariots permet d’emporter 30% de colis en plus sur une même liaison. Ce mode de transport devrait permettre à La Poste d’éviter 70 000 tonnes de CO2/an dès 2025. Pour les trajets du dernier kilomètre, La Poste poursuit l’électrification de son parc de véhicules avec l’acquisition de 4 500 véhicules électriques supplémentaires.

En réussissant 95% des livraisons dès le premier passage du livreur, Colissimo évite les kilomètres inutiles.

L’ensemble de ces actions permettent à Colissimo d’atteindre une empreinte carbone par colis parmi les plus faibles du secteur : seulement 420g de CO2 par Colissimo livré en France, soit l’équivalent de 4 km parcourus par une voiture thermique. Pour rappel, La Poste compense depuis 2012 ses émissions résiduelles par le financement de projets de compensation en France et dans le monde.

Avec une stratégie ambitieuse de développement et un deuxième investissement financier de 450 millions d’euros, La Poste se dote d’un outil logistique puissant en France pour répondre aux besoins des clients et de la société.

Télécharger le dossier de presse
pdf - 446.3ko
Télécharger