Publié le 5 avril 2022

La distribution "douce" se développe en Bourgogne-Franche-Comté

Ecologie
Bourgogne-Franche-Comté

Depuis le mois de juin 2021, La Poste déploie à Besançon, Dijon et Sens des vélos cargo triporteurs. Une solution permettant d'assurer une livraison des centres-villes en mode doux et durable au service de villes plus propres et d'une distribution plus pratique pour les facteurs.

Répondre à l’augmentation constante des livraisons tout en limitant les émissions de gaz à effet de serre, les nuisances sonores et l’impact sur le trafic est un enjeu majeur.

Compte tenu du nombre important de points de livraison et de leur éparpillement, la livraison du dernier kilomètre est la plus difficile à gérer, d’autant plus au cœur des centres-villes. C'est ainsi que La Poste favorise progressivement les livraisons à l'aide de vélos cargo triporteurs.

Un outil permettant aux facteurs de livrer plus facilement tout en préservant les cœurs de villes de toute émission de CO₂. 

3 villes adoptent le vélo cargo

A Besançon, l’une des premières villes choisies pour le déploiement des livraisons en vélo cargo, un facteur livre en moyenne 60 colis avec ce nouvel engin entre 8h30 et 10h30. Au sein de son îlot, il recharge ensuite son vélo cargo sur le site de Besançon Gambetta et fait sa seconde tournée de 10h45 à 13h45 avec autant de colis. Marie Zehaf, vice-présidente transports mobilité du Grand Besançon Métropole, précise "Cette démarche entre dans la continuité des actions menées par la ville. Depuis 2018, l’autorisation de livraison par des véhicules électriques au centre-ville de Besançon est possible au-delà de 11h".

Forte de cette première expérience positive menée en Bourgogne-Franche-Comté, La Poste déploie depuis fin janvier 2022 trois vélos à Dijon. “La Poste a atteint la neutralité carbone en 2012, il y a donc dix ans, et depuis 2013, nous visons une réduction de 30 % de nos émissions de CO₂ d’ici 2025. Nous sommes actuellement à - 22 %" explique Xavier Thomas, directeur des métiers de la distribution et de la livraison en Bourgogne-Franche-Comté.

"La stratégie du groupe, c’est de supprimer tout véhicule thermique sur 26 métropoles, dont Dijon, d’ici fin 2025. Nous aurons un quatrième vélo cargo à Dijon d’ici la fin de l’année, ce qui nous permettra d’étendre la zone concernée. Nous estimons les besoins de la ville à huit vélos cargo pour couvrir l’ensemble du centre-ville élargi." poursuit Xavier Thomas. "Dans la cité des ducs, 35 % des véhicules de La Poste sont électriques. Une part qui devrait grimper à 50 % d’ici la fin de l’année".

Le vélo cargo permet de gagner du temps. Auparavant, nous étions en camion et les places de livraison étaient souvent occupées. Il fallait également parfois attendre plusieurs minutes avant que les bornes d’accès à la zone piétonne ne se baissent. Tout devient plus accessible avec ce vélo. Notre tournée est moins dangereuse pour les passants et nous sommes mieux accueillis.

Lucas Bidot

Facteur

A Sens, enfin, ce fut également une évidence que de remplacer la voiture qui distribuait le centre-ville par un vélo cargo dès lors que le cœur de la cité est devenu piétonnier. "Cela évite d’avoir des avis de passage" se réjouit Claire Tissier, commerçante sénonaise de La Grande Rue. "J’ouvre ma boutique à 10 heures et les bornes escamotables sont déjà remontées à cette heure-ci. Les véhicules classiques ne peuvent donc plus passer, dont celui du facteur. J'apprécie vraiment la solution du vélo cargo".