Publié le 22 novembre 2021

DPD Allemagne teste les exosquelettes sur le long terme

Les colis expédiés par DPD peuvent peser jusqu’à 31,5 kilos. Cette manutention engendre beaucoup d’efforts physiques pour le personnel de livraison et les opérateurs de traitement de colis. Même si, dans les centres de tri, les colis sont, la plupart du temps, gérés par des systèmes automatiques, ils sont déchargés des camions manuellement. L’exosquelette de German Bionic pourrait désormais soulager les travailleurs.

L’entreprise conçoit des exosquelettes intelligents, motorisés électriquement, qui fournissent jusqu’à 30 kilos de soulagement par mouvement de levage. Lors d’un essai de deux mois, effectué au centre de colis de DPD à Malsch, près de Karlsruhe, les travailleurs ont mis les appareils à l’épreuve et ont constaté que les robots leur apportaient un soutien pratique dans le travail quotidien. L’essai a ainsi été étendu.

Un exosquelette est un dispositif de soutien qui peut soulager la pression sur différentes parties du corps, selon sa conception. Le modèle Cray X du fabricant German Bionic est attaché au dos de l’utilisateur, comme un sac à dos de randonnée, puis fixé au corps. Il suffit d’ajuster rapidement l’appareil à l’aide de capteurs intégrés pour qu’il soit prêt à l’emploi. Le Cray X fonctionne de deux manières : d’une part, il maintient le dos de l’utilisateur droit à tout moment.

D’autre part, le dispositif aide à redresser le dos lors du levage d’un colis. Deux moteurs contrôlés par un logiciel intelligent tirent le porteur vers le haut par les épaules, et la force est déviée vers la zone des cuisses, entre autres. Ce dispositif permet de soulager le dos en compensant jusqu’à 30 kilogrammes par mouvement de levage. Le dépôt de Malsch est un lieu de test idéal, notamment en raison de la nature de sa clientèle. L’un des principaux expéditeurs régionaux y envoie chaque année plus de 860 000 colis de papier à copier. Chacun de ces colis pèse environ 26 kilogrammes. Au cours de l’essai pilote de deux mois, deux Cray X ont été utilisés sur place.

Le dépôt de Malsch était idéal pour tester le Cray X dans des conditions particulièrement exigeantes sur le plan physique.

Björn Scheel

Directeur de l’exploitation chez DPD Allemagne

Une aide précieuse lors de la manipulation de colis lourds

Le personnel sur le site est déjà séduit par l’exosquelette : leurs réactions ont été particulièrement positives en ce qui concerne le déchargement des colis des caisses mobiles et des semi-remorques, car le Cray X leur apporte un meilleur soutien dans ce type de travail où ils se déplacent dans un rayon réduit.

Étant donné que le Cray X est étroitement ajusté au corps et qu’il est également fixé aux cuisses, il limite dans une certaine mesure la mobilité de son porteur. Cependant, lors du déchargement des colis, les employés restent toujours au même endroit. Le Cray X est donc particulièrement adapté dans ce type de configuration. Il est moins adapté aux lieux de travail où de grandes distances doivent être parcourues.

Björn Scheel

Directeur de l’exploitation chez DPD Allemagne

Après ce premier essai globalement réussi, la prochaine étape consiste en un test à long terme. DPD va déployer un total de sept unités Cray X sur ses sites de Duisburg, Leupoldsgrün et Malsch. DPD et German Bionic ont l’intention de tester de manière intensive les avantages considérables d’une utilisation à long terme, les conditions dans lesquelles l’exosquelette est particulièrement utile, et s’il serait également judicieux de l’utiliser sur d’autres sites de DPD. En outre, les deux partenaires ont l’intention de collaborer pour optimiser le matériel et les logiciels afin d’élargir le champ d’application des exosquelettes à DPD.