Publié le 13 février 2022

L’accessibilité des services au cœur des préoccupations

Développement Territorial
Nouvelle Aquitaine

Le 20 janvier dernier, les présidents des commissions départementales de présence postale territoriale (CDPPT) de Nouvelle-Aquitaine et les équipes de la délégation régionale de La Poste se sont réunis pour co-construire le contrat de présence postale 2023-2025.

L’occasion d’un échange avec Isabelle Lahore, présidente de la CDPPT des Pyrénées-Atlantiques.

Isabelle LahorePrésidente de la CDPPT des Pyrénées-Atlantiques
1

Pouvez-vous nous citer l'une des priorités du contrat de présence postale ?

1

Isabelle Lahore : Sur l’ensemble des territoires, l’accessibilité des services au public est au cœur des préoccupations. Sur ce point, la CDPPT joue un rôle majeur pour garantir l’accès aux services postaux. Ce qui est moins visible, et pourtant complémentaire, ce sont les actions et les expérimentations que nous menons en parallèle pour accompagner les citoyens dans l’usage des services.

2

Pouvez-vous nous citer une action/expérimentation menée dans le cadre du contrat 2020-2022 ?

2

Isabelle Lahore : Au sein de la CDDPT des Pyrénées-Atlantiques, nous avons considéré essentiel de nous engager dans la lutte contre l’illectronisme. Il y a quelques années, nous avons financé des actions dans les Quartiers Prioritaires de la Ville pour aider les particuliers à utiliser les outils et les services numériques de La Poste. Nous poursuivons notre engagement avec un objectif : rendre autonome ! Avec l’accélération de la société du numérique, beaucoup de citoyens sont, faute d’accès aux équipements ou faute de compétences dans le domaine, encore plus fragilisés et laissés au bord de la route. A une époque où tout se digitalise (l’accès à l’emploi, les démarches administratives, les services bancaires), accompagner la prise en main des outils est indispensable.

3

Quel projet financé sur votre territoire dans le cadre du contrat actuel retenez-vous ?

3

Isabelle Lahore : En 2021 nous avons financé des porteurs de projets locaux qui forment des personnels de CCAS ou encore des aides à domicile à l’inclusion numérique. Dans le cadre de leur travail, ces professionnels sont parfois sollicités par un bénéficiaire pour les accompagner dans une démarche numérique, comme l’accès en ligne à un service de La Poste. Ils se retrouvent alors en situation d’aidants numériques, sans pour autant disposer de compétences adaptées. Grace au parcours Inclusion Numérique, ils sont outillés pour apporter un soutien précieux et donner des clés utiles à l’usager comme consulter sa boite e-mail ou faire des courses en ligne.

4

Comment est née cette idée ?

4

Isabelle Lahore : Au sein de la CDPPT des Pyrénées-Atlantiques, nous construisons notre feuille de route en complémentarité avec ce qui est déjà fait sur les territoires, notamment dans le cadre du schéma départemental d’accessibilité des services. Il est essentiel de ne pas perdre l’usager dans la multiplicité des dispositifs et de toujours rechercher la complémentarité. Nous avons à cœur d’être au fait de ce qui existe et d’être innovant sur ce que nous pouvons apporter. Nous avons identifié un besoin et y avons répondu.

5

Cette complémentarité est la clé ?

5

Isabelle Lahore : La CDPPT est dans sa constitution plurielle et représentative des acteurs locaux. Nous menons des actions collaboratives qui ne sont pas des actions postalo-postales mais des actions de transformation de La Poste, en lien avec les besoins du territoire. La CDPPT doit porter ce message : il faut s’adapter, se transformer sans nostalgie. Les attentes des citoyens ont changés. Quand on finance une Agence Postale Communale(APC), ce n’est pas un abandon mais une adaptation aux évolutions de la société. La CDPPT est une instance qui accompagne les élus. Si on prend ce projet d’inclusion numérique, le point de départ est l’accès aux services postaux. Se pose également la question de l’accessibilité aux services en ligne et des personnes en difficulté avec les usages numériques. Un fil est tiré, des liens sont faits. Au final, tout le monde est gagnant : La Poste qui améliore l’accès à ses services, la collectivité qui apporte un soutien supplémentaire aux citoyens et les aidants en première ligne qui y trouvent une valeur ajoutée dans leur accompagnement quotidien. Réfléchir ensemble pour innover est la clé.